Présentation

Une structure profondément originale et unique

Le documentaire, pourtant à l’origine même du cinéma et dont la production est toujours aussi dense qu’inventive et vivifiante, est trop souvent mis à l’écart des grands circuits et institutions du cinéma. En France, bien qu’il fourmillât d’initiatives multiples, portées par des festivals et organisations militantes tant à Paris qu’aux confins du territoire national, il ne bénéficie pas d’un espace propre les regroupant.

La Cinémathèque du documentaire est née en 2017 en réponse à ce constat, afin d’accroître la visibilité des œuvres et en faciliter l’accès tant à Paris que partout en France.

Alors que toutes les cinémathèques trouvent leur fondement dans la conservation et la gestion de fonds d’archives et de collections propres, La Cinémathèque du documentaire s’en démarque vivement. Elle partage avec ses homologues une démarche patrimoniale de la création artistique, mais s’attache également au présent et à l’avenir d’un cinéma ouvert sur le monde pour mieux en comprendre les enjeux et la complexité.

Originale dans son objet, dédié à un genre et conjuguant le patrimoine à l’actualité, elle l’est tout autant dans son action. Elle met en œuvre un programme triple :

  • Offrir une programmation quotidienne à Paris;
  • Accompagner et soutenir de nombreux acteurs du secteur sur le territoire national;
  • Proposer une large base de ressources en ligne.

Pour cela et afin d’en démultiplier les actions, elle s’appuie notamment sur un réseau de quelques 50 structures sur le territoire national et plus spécifiquement sur trois d’entre elles :

  • La Bibliothèque publique d'information (Bpi) pour sa vitrine parisienne au Centre Pompidou/Beaubourg,
  • Images en Bibliothèques pour la coordination du réseau national,
  • Film-documentaire.fr pour offrir toutes les ressources nécessaires à qui veut s’informer sur le genre documentaire.

À ces partenaires centraux s’en ajoutent d’autres, à commencer par la BNF, la plateforme Tënk, Arte, France Culture, ainsi qu’à l’échelle européenne, multipliant les perspectives de développement.

Grâce au soutien originel et engagé de ses principaux financeurs - CNC, FranceTV, Scam, Audiens, Sacem et Procirep - la Cinémathèque du documentaire constitue aujourd’hui un acteur singulier, fédérateur et essentiel du paysage audiovisuel et cinématographique français. 

 

Philippe Bachman, directeur de la Cinémathèque du documentaire

"Le cinéma est né documentaire !"

 

Photo de Julie Bertuccelli

Julie Bertuccelli, présidente de La Cinémathèque du documentaire, est engagée de longue date dans la défense des autrices et auteurs. Dans le cadre de son mandat de présidente de la Société Civile des Auteurs Multimédias (Scam), elle crée en 2015 l'Œil d'Or, prix destiné au film documentaire du Festival de Cannes. Elle est à l'initiative de ce projet d’une cinémathèque dédiée au documentaire, qu’elle défend avec ferveur jusqu’à son aboutissement en 2017. “Permettre à un large public de voir et revoir des films documentaires français et étrangers de tous les genres et de toutes les époques.”

Date de mise à jour :